LES ARCHITECTES DE LA RIVIERE
     
LES ARCHITECTES DE LA RIVIERE
Le plus vieil architecte du monde : le trichoptère. En voila des architectes et pas des moindres. Bâtisseurs de l’effort, constructeurs à contre courant, les trichoptères sont dans la vague des cascades depuis deux cent cinquante millions d’années. Ils ont construit des tours de gravier bien avant nos naissances et nos prétentions. Ils ont tissé des pièges à particules dans des arches de gravier dont les mailles ont des dimensions constantes au micro mètre près. Les capsules des fourreaux trichoptériens ont toutes le même poids. Leurs fourreaux sont des exemples de technologie de pointe dont leurs intérieurs tapissés de soie gluante protéique forment un cône parfait. L’eau circule dans l’étui irriguant les branchies et les téguments de l’insecte. Le rôle de l’étui dans la respiration est aussi important que le rôle protecteur. L’étui est ajusté à chaque mue de l’insecte. Il est profilé pour le défendre, lui permettre un métabolisme parfait pendant les activités nutritionnelles de la larve et sa transformation en nymphe. Les larves filtrent et nettoient la colonne d’eau des rivières et recyclent la matière des sédiments. La croissance des larves se déroule sous l’eau en un an sur cinq stades grâce à quatre mues. La larve fixe son fourreau à un support, scelle son ouverture avec de la soie et se transforme ensuite en nymphe. L'insecte reste actif pour assurer son apport en oxygène durant tout le stade nymphal, qui dure environ trois semaines chez la plupart des espèces. Avant de passer au stade adulte, la nymphe quitte son abri en découpant une ouverture dans la soie avec ses mandibules. Une fois sortie du fourreau, elle nage jusqu'à la surface à l'aide de ses pattes postérieures frangées de poils et d’une bulle de méthane céphalique pour s’envoler dans un nouveau monde. Plus d’intestin, priorité à la reproduction, les insectes trouvent leurs partenaires en, quelques jours. Ce papillon dont la larve, la nymphe sont aquatiques devient aériens adultes car il a moins de prédateur en l’air que dans l’eau.
Top